PAZIOLS corbières

Impressions et commentaires sur divers sujets

Château de Termes

Classé dans : Les châteaux du Pays Cathare — 29 janvier, 2009 @ 18:17

Le château de Termes est mentionné pour la première fois en 1110. Il appartient à la noble famille de Termes dont Raimon soutiendra le célèbre siège de Simon de Montfort en 1210. Alain de Roucy se voit confier le château pendant une dizaine d’années, jusqu’à sa mort. Amaury, fils de Simon de Montfort confie le château à l’Archevêque de Narbonne en 1224. Le roi de France en prend possession. Olivier et son frère Bernard de Termes cèdent le château au roi en 1228. Participant à la révolte de Trencavel qui assiège Carcassonne en 1240, Olivier est capturé, fait sa soumission à Louis IX l’année suivante et part en Terre Sainte où, devenu compagnon du roi, il récupère tous ses biens sauf Termes. Suivant le sort commun des forteresses royales de la frontière, le château sera finalement détruit en 1653 et le site abandonné à l’agriculture.
Elevé sur une plate-forme entourée sur 3 côtés par un profond ravin, il n’est accessible que sur la face méridionale. Encombré d’éboulis et de murs en pierre sèche , le site demeure cependant lisible.
Il se compose de 2 enceintes séparées par des lices. De plan irrégulier, que l’on peut assimiler grossièrement à un parallélogramme, l’entrée principale de la 1ère enceinte, la mieux conservée, s’effectuait dans l’angle sud-est au moyen d’une rampe qui débouchait sur une porte détruite, aujourd’hui murée. Cette entrée était défendue par une échauguette et par une tour à bossage qui battait la rampe elle-même, et dont la base est en partie conservée au milieu de la courtine orientale. Une tour en appareil lisse occupe l’angle nord-est, une poterne défendue par une échauguette construite sur 2 contreforts, occupe l’angle nord-ouest. Le front ouest montre quelques tronçons de courtines, sur celui du centre une construction saillante abritant égout et latrines est toujours visible. L’angle sud-ouest est détruit. A son emplacement s’élèvent les vestiges d’un bâtiment tardif. Sur le front méridional, 2 tronçons de courtines subsistent, reliés par des murs en pierre sèche.
La 2è enceinte, fort détruite, montre les vestiges d’une rampe d’accès et de la porte, dans l’angle sud-est, avec les traces d’une citerne. Enfin, le côte ouest est occupé par une construction rectangulaire à la voûte écroulée mais où l’on peut voir, toujours côté ouest, une fenêtre cruciforme. Plus loin, à quelques mètres , on distingue encore les bases d’une petite tour ronde qui défendait l’angle sud-ouest. De fait, Termes est l’exemple d’un château à double enceinte dans lesquelles s’appuyaient des bâtiments.
D’après les chroniques de la croisade, une défense avancée, Termenet, existait à peu de distance du château, sous le chemin d’accès actuel où on distingue un mur lié au mortier de chaux, contrastant avec les murs en pierre sèche.

A 1 heure de Carcassonne ou de Narbonne, Termes conserve un patrimoine remarquable. Longtemps chef-lieu d’une des plus importantes seigneuries du bas-Languedoc, le château de Termes a subi en 1210 un siège capital de la Croisade contre les Cathares, avant de devenir un des « cinq fils de Carcassonne ».

J’arrête là mes bavardages. Pour ceux que je n’aurais pas encore « saoulés », je vous conseille vivement de consulter le site que mes copains Hannes et Guilhem ont « fait » avec beaucoup de passion et de sérieux…
http://www.chateau-termes.com/

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Jol'artiste&co |
CENTRE-BRETAGNE : KERPERT, ... |
Un peu de tout |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | justequelquemots
| réflexion nicaus 1980
| Douceur Intemporelle